Les plaisirs de la table

1.- Réservez un temps spécial pour manger.

woman in outside barQue ce soit un quart ou une demi-heure, ces minutes doivent être mises de côté spécialement pour vous. Pendant ce court moment, refusez tous les appels : à moins d’être l’unique opérateur de « S.O.S. Suicide » de votre ville, le monde peut bien avancer sans vous durant quelques minutes. Sinon, de grands changements s’imposent dans votre mode de fonctionnement.

Souvenez-vous, encore une fois, que votre vie en dépend. Quand vous ne serez plus là, la terre n’arrêtera pas de tourner, elle l’a toujours très bien fait avant vous. Facile à dire, difficile à exécuter ! Certes ! Cela a été un challenge pour moi aussi de m’en souvenir : j’ai dû programmer mon téléphone pour qu’il sonne à mes heures de repas avec ce message apparaissant sur mon écran :

« Le monde sait parfaitement tourner sans moi »

Cette petite phrase m’a sauvé la vie.

2.- Fuyez les environnements stressants.

Pas de disputes ni de discussions trop sérieuses. Désolée, vous ne serez peut-être pas de mon avis, mais si vous voulez perdre du poids, le dîner en famille, ce n’est pas le bon moment pour réprimander les enfants pour leurs bêtises de la journée, je vous conseille de le faire avant et à distance du repas.

Sinon, vous courez le risque de manger émotionnellement, de consommer plus de calories que vous n’en avez réellement besoin et d’en stocker sous forme de graisses. Ou alors, vous aurez encore faim à la fin du repas.

Depositphotos_21711727_original.jpgAu contraire, prédisposez-vous à un repas agréable, parlez de choses intéressantes, encouragez les enfants et votre conjoint pour leurs actions positives de la journée.

Pour la même raison, quand on veut perdre du poids, on ne mange ni devant le journal télévisé ni en surfant sur internet. Vous pouvez me contredire tant que vous voudrez, les résultats parleront d’eux-mêmes. Je ne peux compter le nombre de fois où je suis tombée sur des photos et vidéos de situations particulièrement dérangeantes, de cadavres, de crimes qu’on n’a envie de voir ni avant, ni pendant, ni même après un repas, en déroulant mon fil d’actualités sur un réseau social. Si vous n’arrivez pas à vous passer quinze minutes des médias, votre poids n’est peut-être pas le seul problème à considérer sérieusement.

3.- Misez sur les couleurs.

Votre table joue un rôle important, souvent ignoré ou négligé, sur votre appétit et votre satisfaction.

Beautiful table setting for breakfast

La couleur de la vaisselle pourrait influencer la taille des portions que vous vous servez. Ceci est un sujet à approfondir et expérimenter soi-même. Selon une étude américaine dont les résultats ont été publiés dans la revue Journal of Consumer Research, il serait possible de réduire ses portions sans trop s’en rendre compte. Ils ont observé un impact lié au niveau de contraste entre la couleur d’un mets et celle de l’assiette. Quand cette dernière contraste au maximum avec celle de la nourriture, on aurait moins tendance à se servir copieusement.

J’ai pu le vérifier. En effet, du riz blanc dans un plat blanc ne frappe pas assez l’attention, le cerveau n’enregistre pas la quantité ingérée et on est tenté de se resservir même en n’ayant plus faim, peut-être dans l’espoir inconscient de voir un plat rempli. Tout est dans l’illusion d’optique : tromper ses yeux pour moins manger. Car trop souvent nous les laissons décider à la place de notre estomac.

La taille de nos assiettes aussi influence nos portions. Les grands plats nous incitent à les remplir. Pour ma part, j’ai aussi noté que les petites assiettes ne conviennent pas non plus car vous aurez tendance à vous resservir plusieurs fois. Optez pour des assiettes de taille moyenne.

4.- Perfectionnez le goût de vos plats.

Faites des épices vos alliées minceur. Amusez-vous à les découvrir, à les tester. Prenez le temps de bien en apprécier la saveur pendant les repas.Depositphotos_35665509_original.jpg

5.- Mâchez lentement et parfaitement.

Pour bien profiter du goût exquis de vos mets, ne les avalez pas machinalement, le plaisir sain ne se trouve pas dans la quantité mais dans l’appréciation de la qualité.

Mastiquez lentement votre nourriture, non seulement pour bien profiter du goût mais encore pour deux raisons très importantes :

 

1. Lorsque que vous mangez, vos cellules intestinales sécrètent une hormone appelée cholécystokinine, responsable de la sensation de satiété, qui envoie un signal au cerveau pour l’informer que vous êtes rassasié. Le souci c’est que ce signal met du temps à y arriver : une bonne vingtaine de minutes.

L’hormone est présente dans le sang et y reste pendant plusieurs heures pour éviter la sensation de faim. Lorsque le taux de la cholécystokinine diminue, la sensation de faim réapparaît. Donc, plus vite vous mangez, plus de nourriture vous avalerez avant même de pouvoir vous sentir rassasié. Avant ces 20 minutes vous aurez déjà consommé le double ou le triple de votre véritable besoin calorique si vous mangez compulsivement.

Greedy man eating burger

Puis soudainement viendra cet inconfort devenu si habituel sans lequel vous ne savez plus vous arrêter. Mangez lentement pour manger moins.

2. La vitesse à laquelle vous mangez affecte aussi votre digestion. En prenant le temps de mâcher, vous laissez à votre organisme le temps de libérer les enzymes spécifiques nécessaires à la digestion de chaque groupe d’aliment.

À prendre aussi en compte : plus le bol alimentaire est liquide, plus le travail de l’estomac est facilité. Et mieux vous digérez, moins vous aurez de flatulences et votre tour de taille en témoignera.

Cet article et tous les autres du blog sur le même thème sont compilés dans ce guide minceur Vol. 1 , 2 & 3 (format eBook et papier) disponible sur Amazon. 

Mon guide minceur Lisez un extrait<

Un commentaire

Laisser un commentaire